Achat des archives du chevalier de Vivens

Les Lumières resteront à Clairac ! (et à Agen…)
Au XVIIIe siècle, ce que l'on appelait le « Cénacle de Clairac » était animé par François de Labat, appelé le chevalier de Vivens (1697-1780). Ce voisin et ami de Montesquieu était un parfait exemple d'homme des Lumières : philosophe, physicien, technicien publiant entre autres sur le mouvement et la gravitation, il tint pendant 40 ans un journal météorologique, toujours conservé aux Archives départementales d’Agen ; un document unique où il nota les variations thermométriques, les phénomènes météorologiques, l’état des récoltes, les maladies des hommes et du bétail, etc.
2022.08.01 06 Barry.jpg
Château de Barry, demeure du chevalier de Vivens. Photo C. Morizet, 2022.
img_mag_2022.08.01 06 Barry.jpg
Le 25 avril, 3 000 pages manuscrites de sa main ont été mises en vente à Paris par l'étude Gros & Delettrez, réparties en 17 lots thématiques : agriculture, vigne, tabac, météorologie, commerce, médecine, politique, sans oublier 750 pages de correspondances.
Les Archives départementales se sont mobilisées avec la Société des amis de Clairac pour éviter la dispersion de ce trésor patrimonial ! Après des enchères qui se sont rapidement envolées, le coup de marteau final nous a attribué l’intégralité des lots pour un montant TTC de 22 100 € (17 000 € « au marteau »).
image-1.jpg
Clair Morizet devant le trésor retrouvé.
Clair Morizet devant le trésor retrouvé.
img_mag_image-1.jpg
image-2.jpg
img_mag_image-2.jpg
image-3.jpg
img_mag_image-3.jpg
image-4.jpg
img_mag_image-4.jpg
Dans la biographie qu'il lui a consacrée, Jean Haechler écrivait que le chevalier était un « homme d’esprit, de culture et de cœur ». Vous aussi avez prouvé que vous aviez de la culture et du cœur en participant à l'achat de ces archives !
Nous remercions les 70 souscripteurs qui ont participé à titre personnel à la souscription que nous avons lancée. À leurs côtés, plusieurs entreprises et collectivités se sont montrées généreuses : le Crédit agricole local, la Fondation Crédit agricole, Terres du Sud, Traditab, les Vieilles maisons française du Lot-et-Garonne, la Société académique d’Agen, Arimage (amis du musée d’Agen)…
Un immense merci à tous et à chacun pour cet exceptionnel élan de solidarité qui affirme le lien fort entre Clairac et le département et rappelle l’investissement des Clairacais dans « leur » ville.
Prochainement, ces archives entièrement inédites seront à disposition des chercheurs afin de nous aider à mieux connaître la vie intellectuelle en France et en Agenais au XVIIIe siècle.