Joseph, Raoul VENNAT
×


1869-...

Joseph, Raoul VENNAT est né le 14 mai 1869. Il est le fils de François Vennat, chapelier, âgé de vingt-neuf ans, et de Marie, Émilie Gouzy, son épouse, âgée de dix-huit ans.
Entré au service le 15 novembre 1887 comme engagé conditionnel au 123e régiment d'infanterie, il est nommé caporal le 16 mai 1888, et passe dans la disponibilité le 15 novembre 1888.
Il se marie à La Rochelle le 26 mai 1891 avec Henriette, Marie, Gabrielle Mellé.
Sous-lieutenant de réserve au 123e régiment d'infanterie le 31 décembre 1891, il est nommé lieutenant de réserve au 138e régiment d'infanterie territorial le 20 septembre 1902.
Installé au Canada depuis 1903, il démissionne de la réserve en 1910 (il a 41 ans), ne pouvant effectuer ses périodes d'instruction des réserves du fait de son installation à l'étranger. Négociant-importateur au Canada, père de huit enfants dont deux garçons, il n'hésite pas à la déclaration de guerre à revenir en France pour reprendre du service. Engagé volontaire en 1914 au titre du 138e régiment territorial, il est réintégré dans les cadres sur sa demande comme lieutenant au 123e régiment d'infanterie, le 23 septembre. Le 30 novembre 1914, il est affecté au 237e régiment d'infanterie.
Nommé capitaine le 5 janvier 1916, il est cité à l'ordre de la brigade le 6 juin 1916 par le colonel commandant la 40e brigade d'infanterie avec le libellé suivant : « Habitant le Canada au moment de la mobilisation, est accouru en France malgré ses 48 ans, ses nombreuses charges de famille et une santé débile a tenu à servir dans un régiment de 1ère ligne, alors qu'on voulait l'affecter à une formation territoriale. A constamment donné l'exemple de la plus belle énergie et, bien qu'à bout de forces, n'a consenti à se laisser évacuer que quand son régiment n'a plus été au danger ».
Réformé le 8 août 1916 pour des problèmes de santé aux poumons, il est renvoyé dans ses foyers le 9 septembre 1916. Il totalise cinq ans de service actif, dont deux de guerre.
L'aîné de ses fils, Jean, est tué à l'ennemi le 11 septembre 1917 au Chemin des Dames, à l'âge de 20 ans. Aspirant au 319e régiment d'infanterie, il avait fait l'objet de deux citations :
« Patrouilleur émérite, toujours volontaire pour les missions les plus dangereuses, a traversé en plein jour le 2 octobre 1916, un réseau électrifié, a sauté dans la tranchée ennemie et s'est débarrassé de deux adversaires, blessant une sentinelle et tuant un sous-officier a rejoint ensuite les lignes. »
« Jeune aspirant d'une grande valeur morale, a participé comme volontaire a des coups de mains où il se faisait admirer de tous par sa haute conception du devoir, son énergie et sa ténacité. A effectué de nombreuses patrouilles de jour et de nuit et a rapporté de précieux renseignements grâce à son intelligente initiative. A été mortellement frappé le 11 septembre 1917 à la tête d'une patrouille dont il avait demandé le commandement. Avait pris sur ses hommes un tel ascendant et leur avait inspiré une telle affection qu'ils ont disputé son corps à l'ennemi pendant deux nuits et l'ont finalement ramené dans nos lignes en plein jour au péril de leur vie. »
Titulaire de la croix de guerre, Joseph, Raoul Vennat fonde à Montréal l'Association des Vétérans de la Grande Guerre, la Maison de repos des Vétérans, des veuves de guerre et de leur famille, la Colonie de vacances des orphelins de guerre et des enfants de la colonie française.
Il est nommé chevalier de la Légion d'honneur par décret du 1er juillet 1931 en tant qu'ex-capitaine d'infanterie. C'est Édouard Carteron, consul général de France qui lui remet sa croix de chevalier le 1er janvier 1932 à Montréal (Canada).

Vennat.jpg
© Leonore. Archives nationales-ministère de la Culture
img_mag