Abbaye
×


Fernand Castex (1904-1972)

Cette assiette en bois, décorée par Fernand Castex, nous rappelle une époque où le tourisme faisait feu de tout bois ! Certainement pas un chef-d’œuvre, juste un objet « kitsch » qui rappellerait volontiers les boules à neige et ces stylos-billes à quatre couleurs qui dévoilaient des paysages différents selon la couleur choisie…

abbaye-Castex.png
Assiette, peinture sur bois.
img_mag

Peu importe, il s’agit là d’un témoignage d’une époque, les années 1960, vues aujourd’hui comme un temps d’insouciance, quand les touristes venaient séjourner au camping d’Unic-Plage, déjeunaient au restaurant des Glycines ou chez Dieuzaide, et s’aventuraient le temps d’une excursion jusqu’à la fontaine Renaissance de Roche, alors accessible aux amateurs.
Aussi, attardons-nous plutôt sur le sujet de cet objet insolite : la façade sud de l’abbaye. La tour dite de Calvin, dont les murs font plus de deux mètres d’épaisseur, est le principal vestige de l’abbaye médiévale et laisse imaginer ce qu’elle était du temps de sa splendeur ; abritant la chambre de l’abbé et son cabinet de travail, elle tire son surnom de la visite que Calvin aurait rendu à l’abbé Gérard Roussel. Suspendue, la longue galerie de bois orne le long mur extérieur, derrière lequel existe toujours une enfilade de salons, ouvrant par de larges portes fenêtres. Jusque dans les années 1980, elle reposait sur de longues perches de bois bien visibles sur les photographies anciennes ou sur le dessin de Guy Morizet en 1971 ; depuis, elles ont été remplacées par des consoles en béton qui reprennent la forme de celles qui supporte le balcon qui orne la tour. Au pied de cette fière muraille, une large terrasse d’où descend un escalier de pierre qui rejoint la rive ; sur le côté les deux bassins du vivier des moines, alimentés par une source. Aujourd’hui, escalier et bassin existent toujours, mais noyés dans une végétation meurtrière qui les étouffe et en disjoint les belles pierres de taille. L’abbaye au bois dormant attend désespérément son prince qui viendra la réveiller et lui redonner son éclat…

Fils de Louis Gabriel Castex et Jeanne Malgrat, né à Agen, Fernand Castex (1904-1972) fait partie de ces Clairacais dont la vie nous est insuffisamment connue ; tout Clairacais qui pourrait apporter des précisions à sa biographie peuvent se signaler auprès des Amis de Clairac (Cliquez ici). Sa famille était clairacaise ; lui-même avait épousé en 1928 Charlotte Cazenille, fille du quincailler de la place Serres ; il habitait boulevard des Ormeaux. Tout au long de sa vie, il réalisa nombre de dessins, tableaux, gravures… Il illustra certains livres comme l’un de ceux de Jean Caubet sur Clairac. Une série de ses dessins de Clairac fut même utilisée pour décorer des assiettes aujourd’hui très recherchées.

abbaye-Calvin_Castex.jpg
L’abbaye, 1967. Fernand Castex dans « Clairac, mille ans d’histoire » de Jean Caubet.
img_mag
abbaye-CP_Cim.jpg
L'abbaye. Carte postale Cim.
img_mag
abbaye-Morizet.jpg
L’abbaye, 1971. Dessin de Guy Morizet.
img_mag
abbaye-Laure_Martin.jpg
Laure Martin (à gauche) devant l’abbaye, vers 1910. Photographie de Gabriel Martin.
img_mag
abbaye-Delpech.jpg
L’abbaye vue depuis le Fort ; au premier plan, le Tuquet. Photographie Delpech.
img_mag
abbaye-Japhet.png
La maison de Japhet. Assiette, peinture sur bois. Fernand Castex.
img_mag