Gare de Clairac
×


Gabriel Martin (1875-1944)

Qu’elle était charmante la gare de Clairac, avec ses voyageurs patientant sagement sur le quai, attendant que le petit train à vapeur, en provenance de Villeneuve-sur-Lot, s’arrête comme par magie au coup de sifflet du chef de gare. Pour un peu on croirait assister à « L’arrivée d’un train en gare de La Ciotat » le premier film des frères Lumières qui effraya le public du Grand Café à Paris, un jour de décembre 1895 ! Ici, remarquons que les voyageurs sur le quai sont plus intéressés par le photographe – que plusieurs d’entre eux fixent du regard – que par l’arrivée de leur train !

gare-Martin.jpg
Photographie.
img_mag

Clairac était desservi par une courte ligne, ouverte par la Compagnie d’Orléans au début des années 1890, qui reliait Tonneins à Penne-d’Agenais ; au fil du XXe siècle, la compagnie abandonna le service des voyageurs, puis celui des marchandises. Mais c’est la présence de la voie ferrée qui avait amené la Coopérative agricole à s’installer à cet emplacement. Cernée par les silos de la coopérative, la gare fut finalement démolie vers 2000.

Grand-père du regretté Claude Martin, né à Cambes, Gabriel Martin était un homme plein de ressources. En effet, outre après avoir été clerc chez Me Dudon (futur maire), il fut secrétaire de mairie. À l’origine de l’électrification du moulin de la rive droite avec son cousin Bichon, il était également passionné de photographie et réalisa nombre de clichés de Clairac, de ses maisons et de ses monuments, qui sont aujourd’hui des témoignages essentiels sur le village autrefois. Ses photographies étaient souvent éditées en cartes postales qui font le bonheur des collectionneurs aujourd’hui.

gare-1904.jpg
Gare de Clairac, 1904.
img_mag
gare-CP-Martin.jpg
Carte postale R. Martin.
img_mag
gare-Anonyme.jpg
Gare de Clairac. Photographie anonyme.
img_mag
gare-Billet.jpg
Billet de train Clairac-Tonneins.
img_mag