Maison du tailleur
×


Guy Morizet (1908-1993)

Située place Théophile-de-Viau, la maison dite « du tailleur » est l’une des belles maisons à pans de bois de Clairac, restaurée à la fin du XXe siècle. Elle fait l’angle de la rue Puzoque et de la rue de l’Église, la rencontre du cardo et du decumanus des villes romaines, et plus tard des bastides de Guyenne, même si Clairac jamais n’en fut une.

tailleur-Morizet-1971.jpg
Encre de chine sur papier, 1971.
img_mag
Il s’agit d’une grande maison à colombages, dont les étages sont en léger encorbellement. De mémoire d’homme, elle a toujours porté ce surnom, bien que notre historien Claude Martin n’ait trouvé la trace d’un tailleur qui ait pu y habiter… En 1821, lors de l’établissement du cadastre napoléonien, elle appartenait à Simon Jules Claverie « marchand de grains » ; ce qui n’est guère surprenant puisqu’à l’intersection de ces rues, était érigée la halle ; l’endroit était stratégique pour cette profession ! Derrière elle, l’actuelle crêperie, auparavant école, mairie, et hôtel particulier de la famille Grossolles de Flamarens.
Le dessin à l’encre de chine de Guy Morizet nous montre la maison avant sa restauration, quand la disparition progressive des enduits laissait apparaître les colombages et les briques. Les ombres portées et les volets tirés révèlent qu’il a été réalisé en fin d’après-midi, un jour de grand soleil.
Sur la carte postale éditée par la veuve Louis Clouzié, on peut voir une fontaine comme il en existait sur la plupart des places de Clairac ; elle disparut au XXe siècle, pour faciliter la circulation automobile ; à la fin du siècle, un puits fut implanté à quelques mètres, pour évoquer cette ancienne présence de l’eau.

C’est par son épouse que le Parisien Guy Morizet (1908-1993) est devenu Clairacais, en se mariant dans l’église St-Pierre-ès-Liens en août 1939. L’architecte qu’il était s’y fixa lors de sa retraite en 1977 et s’adonna à l’une de ses passions : l’étude des pigeonniers. Il mit son talent de dessinateur (il avait remporté plusieurs concours de dessin lors de ses études à l’École des Beaux-Arts de Paris) pour faire des relevés combinant la rigueur de l’architecte à la sensibilité de l’artiste.

tailleur-Clouzie.jpg
Place des Halles. Carte postale Clouzié.
img_mag
tailleur-Coustet.jpg
La maison vers 1960. Photographie Coustet.
img_mag
tailleur-Lavergne.jpg
Rue de l’Église, vers 1970. Photographie Guy Lavergne parue dans « Clairac » par Jean Caubet.
img_mag
tailleur-Morizet-1980.jpg
La maison du Tailleur, 1980. Photographie Morizet.
img_mag