Viaduc
×


Gabriel Martin

Lorsque dans les dernières années du XIXe siècle, la ligne de chemin de fer de Tonneins à Penne-d’Agenais fut construite, quelques prouesses techniques furent nécessaires dont le long tunnel passant sous la Moncaubet, le pont ferroviaire sur le Lot de Roussannes et, à l’entrée de Clairac, le viaduc surplombant le vallon de la Calmette.

viaduc-Martin.jpg
Photographie.
img_mag

Un ouvrage d’art de 159 mètres de long qui fit la fierté de tous : non seulement celle de la Compagnie d’Orléans, mais aussi celle des Clairacais qui voyaient ainsi le progrès à leur porte. Preuve en le nombre et l’immense succès des cartes postales éditées. La prairie au pied de l’édifice devint un lieu de promenade – pied, à bicyclette ou en carriole – et aussi de pique-nique où l’on venait entre amis, ombrelle à la main pour éviter que le soleil ne hâle la peau des coquettes !
Ici, un homme en costume clair est saisi sur le vif par Gabriel Martin, alors qu’un train à vapeur arrive à vive allure de Tonneins. Cette photographie sera éditée en carte postale.

Et pourtant, certains avaient cru que jamais il ne serait achevé comme le raconte un article de La Dépêche, le 14 juillet 1892 :
viaduc-Express_midi_1892.jpg
img_mag
Sur la carte éditée par Vignolles (ci-dessous), il est amusant de lire les ajouts manuscrits apportés par l’expéditeur ; sur la borne kilométrique : « Clairac, 1 km » ; et notre auteur corrige la légende imprimée : « Plus exactement de Tonneins à Penne. Le train part de Clairac et s’engage sur le viaduc de Castille. » En effet, la propriété de Castille est à quelques centaines de mètres de notre viaduc. Après la désaffectation de la ligne, le viaduc devint un lieu de promenade où l’on peut même aujourd’hui passer en voiture ; quant à la petite maison du garde-barrière, elle est désormais une maison particulière.

Grand-père du regretté Claude Martin, né à Cambes, Gabriel Martin était un homme plein de ressources. En effet, outre après avoir été clerc chez Me Dudon (futur maire), il fut secrétaire de mairie. À l’origine de l’électrification du moulin de la rive droite avec son cousin Bichon, il était également passionné de photographie et réalisa nombre de clichés de Clairac, de ses maisons et de ses monuments, qui sont aujourd’hui des témoignages essentiels sur le village autrefois. Ses photographies étaient souvent éditées en cartes postales qui font le bonheur des collectionneurs aujourd’hui.

viaduc-Groupe.jpg
Photographie Gabriel Martin.
img_mag

viaduc-Vignolles.jpg
img_mag
viaduc-Roussanes.jpg
img_mag
viaduc-Bareyre.jpg
img_mag
viaduc-Perret.jpg
img_mag
viaduc-Photo.jpg
Le viaduc aujourd'hui.
img_mag