Clairac, vue générale
×


Anonyme

L’auteur, anonyme, de cette grande peinture sur carton nous livre un merveilleux témoignage de Clairac au milieu du XIXe siècle. Si l’on examine les maisons, l’une après l’autre, leur rendu est topographiquement exact depuis les maisons du fond de l’impasse du Clocher (on peut distinguer la fenêtre à meneaux de l’une d’elles) en passant par la maison du juge Fauquier qui est à l’entrée de l’impasse dont la toiture fut plus tard arasée, puis le haut toit du « château » qui domine la maison des Bacalan qui existe toujours ; ensuite la maison Pucheran et ses hautes cheminées avant qu’elle ne soit transformée dans les années 1900, ou encore la maison d’Adolphe Delpech, maire de Clairac, et son petit fronton…
Sur le pont suspendu – dont la pierre blanche éclatante nous indique qu’il est encore récent – passe une calèche tirée par un cheval blanc. Au pied de la cale, les nombreuses lavandières (peut-être commentent-elles les histoires clairacaises du jour…) ; derrière elles, accroché dans les branchages, le linge blanc flotte et se reflète dans le Lot.

vue_generale-Parmentier.jpg
Huile sur carton.
img_mag

Avec un réel souci de composition, notre peintre a créé un premier plan avec l’angle de l’une des maisons du quai Bourbon, à Longueville, ornée d’une belle lanterne, au pied de laquelle les roses trémières cherchent la lumière. Il avait probablement posé son chevalet à proximité de la maison des mariniers, qui est toujours signalée aux flâneurs.

vue_generale-Pont_CM.jpg
Clairac vu de Longueville. Photographie anonyme.
img_mag
vue_generale-Martin_CP.jpg
Vue générale. Carte postale R. Martin.
img_mag
vue_generale-Laveuses_ Perret.jpg
Le Pont et les lavandières de Longueville. Carte postale Perret, Agen.
img_mag
vue_generale-Pont_ancien_CP.jpg
Vue générale et pont suspendu. Carte postale.
img_mag